Page en cours de chargement


Texte à méditer :   ... la seule masse globales des déchets annuellement transportés s'élève à 514 millions de tonnes, soit le tiers de tous les tonnages transportés en trafic intérieur de marchandises, dont 96,6 à 97,3% sont transportés par la route.   Dany Dietman
Nous observons

0-CIDES-34

Aménagement de la Métropole

Changement climatique

Fiscalité

Gestion des déchets

Grands Projets Inutiles

Gestion des eaux usées

Dangers environnementaux

Pollution marine

Citoyenneté

Divers

Biodiversité

Editoriaux archives

Installations classées

La Gazette de Montpellier 24-09-15

zzz

L'Association ODAM

L'Observatoire indépendant des Déchets et de l'Environnement de Montpellier-Métropole relève de la loi de 1901.
Déclarée à la Préfecture de l'Hérault n° W34 300 48 18,  publication au JO N°50 11/12/2004

ODAM_nov_cadre_100x100.gif

              Président : Raymond GIMILIO
Siège social :chez Raymond GIIMLIO
47 rue Lafeuillade - Le Courreau apt. 145
37070 Montpellier - tel. 06 79 30 27 54

Statuts et objectifs

Extrait des statuts (objectifs). Cliquez ce lien.
 

L'ODAM n'est pas tenu de publier ses comptes. Seuls les adhérents peuvent les consulter et en ont communication lors des Assemblées générales.
Adhérez à l'ODAM.

ODAM_nov_cadre_100x100.gif

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Abonné
( personne )

Snif !!!
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

shadokcon200x284marge.jpgDangers environnementaux - Rapport contradictoire sur la Prévention des Inondations du bassin du Lez

 Evaluation, Prévention et gestion des risques d’inondation

Ce que dit le Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie sur les risques naturels et ouvrages hydrauliques :

« Si les catastrophes naturelles sont inévitables, la politique de prévention vise à réduire leurs conséquences dommageables, en complément de la gestion de crise et de l’indemnisation des victimes : connaître les risques, informer, éduquer, surveiller, prévoir, réduire la vulnérabilité, protéger, se préparer à la crise, exploiter le retour d’expérience et responsabiliser ».

Au-delà de l’action des pouvoirs publics et des acteurs économiques, une démarche citoyenne éclairée est indispensable. Je vous apporte la mienne, qui n'est pas celle d'un scientifique, mais d'un citoyen qui a vécu et subi deux inondations remarquables, celle de 1958 à Alès dans le Gard et celle de 1976 à Lattes.

La ville de Lattes Centre est bâtie dans le delta du Lez/Lironde, soit dans le bassin récepteur et au coeur du secteur d’expansion des crues. Si l’on additionne les ouvrages (la surélévation des terrains à Montpellier sud, les constructions effectuées depuis 1977, celles en cours et à venir auxquels s'ajoutent les ouvrages : LGV et doublement de AUTOROUTE A9) avec tous les obstacles et les surfaces imperméabilisées qu’ils entraîneront, les risques d’inondation seront au moins équivalents sinon modifiés et/ou supérieurs à ceux que nous avons connu avant les travaux. Toutes ces surfaces bâties peuvent aggraver une inondation centennale en devenant des accélérateurs de crues.

Il me paraît donc urgent de ne pas créer de nouvelles situations de risque et d’organiser le développement urbain en dehors des secteurs exposés ou provocateurs de dangers.

Exemples :

A Montpellier sud : l’élévation des terrains et les surfaces bâties de Richter jusqu'à Lattes ;

A Lattes centre : des bâtiments occupés en 2013 avec de l'habitat en rez-de-chaussée et dont la hauteur du premier plancher est en dessous de la côte des plus hautes eaux « PHE » de 1979 ;

Le risque d'isolement des personnes est réel pour une crue exceptionnelle car il n'existe pas d'évacuation possible du côté chenal de la Lironde, faute de pont ...

Rapport contradictoire de l’avis de la conférence scientifique des experts sur les trois points soumis par l’Inspection Générale de l’Equipement :

L'avis de la conférence des trois points soumis par l'IGE de Septembre 2007, permet une conclusion sur l'estimation de la crue centennale en amont de Montpellier Lavalette à 700m3 et 900m3 au droit de l'A9.

Si ces données permettent de protéger et donner bonne conscience aux élus et services de l'Etat, il n'en demeure pas moins que ce rapport traduit une vision plutôt simplificatrice sur la réalité de l'hydrologie de ce bassin. Suite à ce rapport, le territoire urbanisé de Lattes-centre passe donc légalement du Rouge pour devenir Blanc et Bleu. Ce changement de destination se traduit par la légalisation de l’aggravation du risque pour toute la partie de Montpellier Sud, de Lattes Centre, comprise entre le merlon de la Lironde et la digue du Lez, ainsi que les quartiers de la Céreirède, Marestelles, Pérols et Palavas, en cas de fortes crues. L’investissement très important de 55 millions d'euros (Etat + Collectivités Locales) ne doit pas prévaloir sur la seule volonté d'une Agglomération dont l'ambition est de poursuivre coûte que coûte une urbanisation intensive vers la mer.

L'érosion du littoral et la submersion marine affectent l'ensemble des côtes à l'échelle mondiale, à des degrés plus ou Moins forts.

La région Languedoc-Roussillon est particulièrement exposée à l'érosion avec une bande littorale qui s'étale sur 230 km de côte avec :

• 52 % de rivage, constitués de sable, sont plus particulièrement exposés à l'érosion (24% actuellement non traité, 28% géré)

• 16% de rivage, formé de falaises, sont exposés à l'érosion dans une moindre mesure

• 7% de rivage sont en accrétion

• 25% de rivage sont en équilibre ou indéterminé

Deux départements sont plus particulièrement affectés par l'érosion, il s'agit en premier lieu de l'Hérault avec un taux de 26%, puis du Gard.

Le changement ou dérèglement climatique est en marche et la tendance est à une hausse des précipitations dans les régions tempérées. Nous pouvons le constater actuellement en France.

La concomitance d’une inondation du bassin du Lez avec l’élévation du niveau de la mer ne me parait être traitée que partiellement dans ce rapport, aussi je vous prie de bien prendre connaissance de mes remarques sur les trois points de la Conférence des experts ainsi que l'ajout de ce quatrième point :

Point 1 Estimation d’une crue centennale à l'amont de la zone urbaine :

Ce bassin est très complexe car les incertitudes des experts sont supérieures aux certitudes.

Selon les Experts, cette étude aurait nécessité, une meilleure connaissance du mécanisme pluie-karst-débit. Je constate également la non documentation de la prise en compte des conséquences, de l’imperméabilité des terrains non cultivés, de la surélévation des terrains, des surfaces asphaltées, de l’importance des surfaces bâties et des futurs ouvrages (autoroute A9B et passage du LGV).

Une étude sur la contribution du karst indique qu’il peut constituer plus d’un tiers du volume de la crue et multiplier les débits de pointe par un facteur deux (source : H. Jourde, 2007)

Quelques exemples des remarques de la conférence scientifique des experts de 2007 :

• « L'alimentation du Lez amont ne peut se résumer a priori aux 115 km2 de surface du bassin versant topographique à Lavalette, notamment pour les événements pluvieux rares (hypothèse de 380 km2 d'étendue du bassin de surface et souterrain) : le karst doit donc être considéré comme un facteur aggravant des crues du Lez, variable en fonction de son état de saturation ».

• « Partant du constat que l'échantillon des données de crues n'est pas fiable (extrapolation de la courbe de tarage non validée) et de taille trop réduite, les experts estiment très délicate une extrapolation à 100 ans basée sur la seule distribution des débits ».

• « Les experts concluent qu'il est impossible de trancher précisément sur la valeur « fiabilisée » du débit centennal du Lez à Lavalette ».

point 2 : Les apports de la zone urbaine de Montpellier ?

Bassin intermédiaire : Aval de Lavalette = 50 km2 entre les stations de Lavalette et Garigliano

Je constate que, là encore, les incertitudes des experts sont grandes puisque :

Ils s'accordent sur le peu d'informations disponibles sur le sujet ;

• ils sollicitent les services de l'agglomération (alors que l'Agglomération, après avoir amélioré la sécurisation du Lez par l'importance des travaux contre les inondations, aggrave maintenant les risques des crues par l'extension des surfaces bâties de Montpellier sud vers la mer);

• les apports hydrologiques urbains du Verdanson sont réduits à son débit minima d'embouchure alors que le rapport de 2006 évoque un cumul possible d’une valeur supérieure au double ;

• les apports hors Verdanson sont minimisés. Sauf erreur ou omission de ma part, l'apport de la Lironde de la mer (ancien Lez antique) n'est pas pris en compte;

• le Lez se situe sur la trajectoire des mouvements violant selon MÉTÉO FRANCE. Elle indique même, qu'un épisode type septembre 2002 ou septembre 2005 sur le Gard est donc possible et probable sur l’Hérault, par simple décalage des centres d’actions des pluies ;

• les impacts des surélévations des terrains par la ville de Montpellier (Rimbaud, Hôtel de Région, Richter...) et les surfaces bâties passées, en cours et à venir ne sont pas prises en compte.

Point 3 : Comment peut-on estimer la concomitance d’événements pluvieux importants sur le bassin aval (zone urbaine) et des crues affectant le bassin amont ?

Une fois de plus, l'analyse des experts est assez contradictoire :

• Avec l'avertissement de Météo France sur l'intensité des précipitations de type aléatoire et même probable sur ce bassin ainsi que l'importance des ruissellements;

• De l'apport de la Lironde de la mer qui ne parait pas être comptabilisé ou peut-être sous-évalué (s’il est cumulé avec d’autres apports);

• Il y a conflit avec l'étude de Philippe QUEVREMONT de 2006 sur les apports de la partie aval du bassin ;

• Les accélérateurs de crues à partir des surélévations des terrains, des surfaces bâties et des surfaces imperméabilisées ne sont pas documentés...

« Les experts s'accordent à dire qu'il n'est pas possible, dans l'état actuel des connaissances du bassin à partir des études disponibles, de fournir des éléments scientifiques fiables et suffisants pour quantifier le risque de concomitance entre les deux pointes de crues ».

« Dans ces conditions, la conférence scientifique des experts de 2007 n'est pas conclusive sur le débit aval du Lez à l'A9 ».

Point 4: Non soumis aux experts : L'impact sur le bassin récepteur du Lez/Lironde ou vivent environ 9 000 personnes, en aval du pont de l'autoroute A9.

Evaluer les conséquences de la concomitance entre les apports d'une crue centennale en amont et l'élévation du niveau de la mer en aval ?

Pour une meilleure compréhension des aléas, il serait primordial de simuler des crues d’occurrences différentes afin de mieux appréhender les impacts du passage de l'eau sur l'ensemble du bassin et mettre en évidence les zones les plus vulnérables. Les interprétations de ces données pourraient permettre de créer un outil efficace et réactif d’aide à la décision pour les élus et l'Etat afin d’évaluer au plus près le/les impacts devant un risque majeur d'inondation.

Je partage et conforte la conclusion de Philippe QUEVREMONT, qui dit en fin de son rapport en page 33 : que « Lattes, une fois le projet de protection réalisé, ne serait protégée que jusqu'à des événements naturels d’occurrence moyenne ».

Ce qui veut dire que toute crue supérieure à 750 m3/s au droit du pont de l’A9 peut représenter un véritable danger pour tous les habitants de Lattes Centre en fonction de l'importance des apports de la Lironde, du pluvial et du ruissellement des eaux.

Le danger qui est à redouter ne vient pas directement du Lez dont les digues ont été consolidées afin d’éviter toute rupture (un très bon travail et extrêmement utile pour la protection contre une rupture de digue). Les deux partiteurs de crue, l'un en rive gauche déleste une partie des eaux vers le chenal de la Lironde et le second en rive droite, déleste le surplus des eaux vers la Céreirède, ils permettent une mitigation du risque.

Le risque potentiel viendrait des débordements éventuels du Lez au niveau de Montpellier sud (entre l'exutoire du Verdanson et Richter). Ils pourraient s’additionner à l’apport de la Lironde de la mer et du pluvial.

Le chenal de la Lironde ne pourrait plus contenir ces eaux supplémentaires et la plaine habitée de Lattes centre ou champ d'expansion naturel des crues rares serait inondée. Le risque aggravant supplémentaire consisterait à l’élévation du niveau marin et donc de l'étang du Méjean qui ferait barrage en aval en ralentissant les écoulements.

Conclusion :

Depuis plus de trente ans le bassin du Lez et celui de la Lironde s’imperméabilisent sous l'effet de l'urbanisation galopante de Montpellier et son Agglomération. Il était convenu que le développement futur de l'urbanisation ne devrait pas entraîner une augmentation du débit centennal de référence à l'aval.

Est-ce une réalité ?

Après chaque catastrophe, on s'interroge sur les responsabilités des décideurs.

Les catastrophes naturelles, dont les intempéries et inondations représenteraient 16% des coûts des assurances. Si la politique de prévention continue avec la même indifférence aux dangers, le changement climatique pourrait devenir le premier poste de dépenses des assurances et passer à 30% ou 35%. Il a été mis en place le 3 mai 2012 un partenariat entre l'Etat et les assureurs pour la connaissance et la prévention des risques naturels avec la création d'un « Observatoire national des risques naturels » afin de « renforcer le lien entre l'assurance et la protection ».

Ne sommes-nous pas devant une absence de prise en compte suffisante des risques naturels dans les documents d'urbanisme ?

Il est nécessaire d'améliorer la connaissance des aléas et des enjeux, de transmettre l'information aux habitants de l'évaluation du risque inondation en prenant en compte la préservation des zones d'expansion de crue des lieux qui sont déjà habités. L'objectif étant d'anticiper le phénomène et pouvoir alerter les populations et réagir à temps.

« Il est prévu que d’ici 2015, un plan de gestion des risques inondation (PGRI) sera mis en place sur chaque grand bassin hydrographique afin d’afficher les priorités de l’action publique notamment sur les territoires concentrant le plus d’enjeux (appelés aujourd’hui « TRI », territoires à risque important d’inondation). Si la mise en oeuvre de cette politique est territoriale, un cadre national est attendu par l’ensemble des parties prenantes sous la forme d’une stratégie nationale de gestion des risques ». (source : Directive européenne 2007/60/CE du 23 octobre 2007 relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondation).

J’ai la conviction que la ville de Lattes est de moins en moins protégée contre le risque d’inondation suite aux futures réalisations d’ouvrages importants, à l’urbanisation galopante déjà réalisée, celle en cours et à venir et en particulier de Montpellier sud vers la mer.

Jacky CHANTON

Lattes le 24 Février 2014

-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-

J'adhère

Qualité :_______ Prénom : ______________ Nom : ________________________

Adresse : _______________________________

Complément : _____________________________

Code-postal : ______________ Ville : ____________________  Téléphone : _______________

Adresse électronique : _____________________________@_______________________

Je verse (cotisation de base 15 €uros ou plus si je soutiens) __________________ €

par _____________chèque/liquide

 

Date : ___/_____/2014  Signature :____________________________________

Art. 27 de la loi du 6 janvier 1978

.  Les données ci-dessus sont destinées au fichier informatique de l'Association. Il ne peut être fait cession des adresses à ni à titre gratuit ni onéreux.

. Le contenu personnel du fichier sera communiqué aux adhérents en faisant la demande par écrit à l'ODAM. Il pourra être également rectifié.

05/127/2014

Retour à :

ODAM – Siège social c/o Raymond GIMILIO - 47 rue Lafeuillade – Le Courreau Apt. 145 – 34070 Montpellier

(04-67 27 08 43 et 06-79 30 27 54 - courriel : raymond.gimilio@sfr.fr - site Internet http://www.odam.fr

 


Date de création : 18/03/2014 @ 20:10
Dernière modification : 05/12/2014 @ 21:25
Catégorie : Dangers environnementaux
Page lue 13 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article


Réaction n°1 

par Regulus le 18/03/2014 @ 20:35

Nos élus locaux ont la mémoire courte. Le lundi 3 octobre 1988, la ville de Nîmes a été ravagée à la suite d'un épisode cévenol. L'eau ruisselant depuis les hauteurs de la ville sur l'asphalte et le béton, dévala vers le centre ville, ravageant tout sur son passage ! Un quart de siècle après, on a oublié ici que ces mêmes épisodes cévenols sont toujours possibles ! Tout le piémont des Cévennes est concerné, qui osera affirmer que le bassin du Lez n'en fait pas partie ? Il y a eu des épisodes moins graves récemment à Montpellier, d'autres plus graves dans l'histoire de notre région, mais qui peut savoir ce qui nous attend ? cry cry cry

cadeau.gifL'Argus du déchet ménager

L'Observatoire indépendant des Déchets et de l'Environnement de Montpellier-Méditerranée-Métropole est une association "loi de 1901" fondée le 16 octobre 2004. Son objectif principal est :

  • être un observatoire (argus) indépendant pour collecter toutes les informations (techniques et financières) sur la collecte et le traitement des déchets (ordures ménagères et eaux usées) dans l'agglomération de Montpellier

Nous sommes APOLITIQUES. Les problèmes de déchets sont du domaine technique. Ils relèvent de la Gestion de la Cité. Ces informations sont destinées au citoyens et aux contribuables non spécialistes de ces problèmes mais soucieux de comprendre et, éventuellement, de demander des comptes aux décideurs politiques qui fixent les stratégies et les budgets dans ce domaine.

Accès réseaux sociaux
Sondages
Montpellier-Métropole évolue-t-elle ?
 
Carton vert
Carton jaune
Carton orange
Carton rouge
Résultats
Information

Citoyens et contribuables de Montpellier-Méditerranée-Métropole ou d'autres territoires du département de l'Hérault ou de notre région Languedoc-Roussillon, ce site est le vôtre. Il est destiné à vous fournir une réponse à toute question que vous pouvez vous poser sur le traitement des déchets et sur la défense de l'Environnement. Votre avis aussi nous intéresse (blaguez avec nous ). Vous pouvez commenter librement nos articles ou nous envoyer des courriers, nous vous garantissons strictement l'anonymat. Nous sommes INDEPENDANTS de tout pouvoir politique ou religieux, dans le respect des lois en vigueur.
L'ODAM ne communique ses comptes qu'à ses adhérents.
Vous pouvez demander à nous rencontrer, nous le ferons avec plaisir, nous sommes des citoyens responsables et respectueux des lois.

Pour le CA, le Président de l'ODAM
Raymond GIMILIO

 

Soyez les yeux d'Argos

Soyez un des 100 yeux de l'Argos-Panoptes, un des 50 qui veillent pendant que les 50 autres dorment à tour de rôle. Nous avons besoin de vous.

Adhèrer à l'ODAM, c'est soutenir une association libre, indépendante, apolitique qui est là pour vous défendre. L'ODAM ne communique ses comptes qu'à ses adhérents. Vous pouvez adhérer.

Téléchargez le bulletin d'adhésion, lisez le, lisez notre manifeste et renvoyez le talon avec votre chèque.

ODAM_nov_cadre_100x100.gif

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Calendrier
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

Recherche



L'Association ODAM

L'Observatoire indépendant des Déchets et de l'Environnement de Montpellier-Métropole relève de la loi de 1901.
Déclarée à la Préfecture de l'Hérault n° W34 300 48 18,  publication au JO N°50 11/12/2004

ODAM_nov_cadre_100x100.gif

              Président : Raymond GIMILIO
Siège social :chez Raymond GIIMLIO
47 rue Lafeuillade - Le Courreau apt. 145
37070 Montpellier - tel. 06 79 30 27 54

Information

Citoyens et contribuables de Montpellier-Méditerranée-Métropole ou d'autres territoires du département de l'Hérault ou de notre région Languedoc-Roussillon, ce site est le vôtre. Il est destiné à vous fournir une réponse à toute question que vous pouvez vous poser sur le traitement des déchets et sur la défense de l'Environnement. Votre avis aussi nous intéresse (blaguez avec nous ). Vous pouvez commenter librement nos articles ou nous envoyer des courriers, nous vous garantissons strictement l'anonymat. Nous sommes INDEPENDANTS de tout pouvoir politique ou religieux, dans le respect des lois en vigueur.
L'ODAM ne communique ses comptes qu'à ses adhérents.
Vous pouvez demander à nous rencontrer, nous le ferons avec plaisir, nous sommes des citoyens responsables et respectueux des lois.

Pour le CA, le Président de l'ODAM
Raymond GIMILIO

 

^ Haut ^