Texte à méditer :   Et vous connaîtrez la vérité, et cette vérité vous rendra libres.   Saint-Jean (évangile de)
Versions de ce site

Ce site est aussi accessible sur votre Smartphone (iPhone ou autres appareils). La version est en test.

Notre doctrine

Nous sommes des citoyens libres, écologistes et indépendants de tout pouvoir religieux et/ou politique, guidés uniquement par le respect des lois de notre pays et celles de la nature. Si telles sont vos valeurs, vous pouvez demander à nous rencontrer et/ou adhérer à notre association.
L'union faisant la force, l'ODAM est membre fondateur du CIDES34, un collectif formalisé d'associations qui luttent pour la défense de l'Environnement et de la Santé et pour un traitement vertueux des déchets.

Adhésions en ligne

Vous allez pouvoir adhérer en ligne ou faire un don avec HelloAsso.

Cliquez ce lien pour adhérer ou sur le logo ci-dessous

logo_odam70x70.jpg

Faites un don supplémentaire avec HelloAsso

Cliquez sur ce lien pour donner un coup de pouce

logo_odam70x70.jpg

Observatoire

Nous observons.l'environnement et la santé. Cliquez sur les rubriques pour ouvrir un menu et accéder aux articles.

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
r3pd
Recopier le code :
3 Abonnés
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://odam.ouvaton.org/data/fr-articles.xml

Qui sont les Tritout ? Où sont-ils passés ? Nous avions appris leur existence dans la revue de feu l’Agglo de Montpellier, j’ai cité Harmonie n° 233 d’octobre 2006, en page 16 plus précisément. Cette défunte revue de la défunte Agglo (maintenant Métropole) nous annonçait qu’il fallait trier. Pourquoi ? Parce qu’en 2008, au milieu d'une immense, une unité de méthanisation allait être inaugurée en juillet, en grande pompe. Il fallait alors pour nos autorités « faire bonne figure » et montrer qu’une usine de traitement d’ordures ménagères « en ville » ne provoquerait aucune nuisance (ce qui se révêlera faux). L’article que nous avons retrouvé dans un exemplaire un peu détrempé de nos archives (et une page pdf retrouvée sur internet) présente :

  • Monsieur Tritout le sage qui se refuse à brûler des déchets verts et les mettra dans le composteur qu’il va recevoir de l’Agglo,
  • Junior Tritout, le fiston qui voulait brûler dans le jardin les déchets verts,
  • Madame Tritout qui propose d’envoyer des gravats divers et vielles planches vers le point propreté où à chaque déchet correspond une benne, avec son Monsieur obligeant qui va vous indiquer le bon conteneur si vous avez une hésitation,
  • La sœur de junior Tritout et son petit frère qui vont prendre soin de brasser le compost et de l’arroser. Un tableau idéal, harmonieux ! et le numéro vert de l’Communauté d’Agglomération de Montpellier 0 800 88 11 77.

Où sont passé ces habitants d’une villa avec jardin à Montpellier ? L’histoire ne le dit pas. Si vous posez la question au moteur de recherches Google, vous autres des réponses. Un bilan a été publié qui donne l’état de la question au 4 octobre 2010 : « Avec 16 000 foyers équipés de bac à compost, c’est environ ¼ de la population de l’Agglomération de Montpellier vivant en logement individuel qui valorise déjà ses biodéchets. ». Un plan d’action devait être lancé mais il semble s’être perdu dans les sables du désert. Car, à Montpellier, il faut alimenter deux monstres avec lesquels deux engagements de DSP (délégation de service public contractuels) ont été conclus :

L’incinérateur OCREAl de Lunel (ouvert le 18/02/1999) une décharge atmosphérique, Montpellier-Agglo entre en DSP en 2013),

L’unité de méthanisation AMETYST de Montpellier-Garosud (annulée le 26/06/2013, renouvellement le 30/10/2014 pour 10 ans au même exploitant).

En effet, il y a une belle schizophrénie entre :

  • Les grands ensembles de Montpellier où on ne trie pas,
  • Les habitats individuels (villas avec jardins) où on peut trier et composter.

Dans les grands ensembles (soit ¾ de la population, le reste !) les déchets dits résiduels ne sont que du tout-venant mélangé (fermentescible, plastiques, gravats, vieux jouets, …) qu’il faut bien trier. Ceux qui peuvent trier (villages environnants appartenant à l’Agglo, petits ensembles immobiliers à population civique, villas subsistant sur le périmètre urbain de Montpellier) sont censés alimenter la ligne de biodéchets de l’usine Amétyst (prévue pour 33.000 tonnes/an). Les poubelles résiduelles « grises » vont alimenter la ligne des déchets résiduels (prévue pour 170.000 tonnes/an) ou le tri mécano biologique (TMB) censé produire du compost de déchets résiduels, du stabilisat et des refus de TMB. Ces derniers doivent aller à l’incinérateur OCREA (Lunel).

Selon les Riverains de Garosud en 2013 :

Tonnage des déchets entrants à Ametyst en 2013 :  129 602 tonnes

Tonnage des sortants pour la décharge ou l'incinération :             111 958 tonnes

Ventilation des destinations finales des  sortants :

Ø      · 42 683 T Décharge de Castries

Ø      · 19 852 T incinérateur Ocréal de Lunel

Ø      · 25 696 T décharge hors agglo    (non spécifié par l'agglo)

Ø      · 23 727 T incinérateur hors agglo (non spécifié par l'agglo)  

Total      111 958 Tonnes

Les valorisations :

Ø      Valorisation électrique (production de l'usine) :                                   16 172 169 Mw/h

Ø      Consommation (autoconsommation !) électrique de l'usine :          15 298 855 Mw/h

Ø      Production de chaleur : Les Grisettes
           (seule valorisation de l'usine):                                                                   4 593 900

Ø      Production de chaleur : fonctionnement de l'usine :                             2 485 835

Ø      Valorisation de compost :                                                                                        465 tonnes

Bilan fonctionnel d’Amétyst (source : François VASQUEZ, porte-parole de l'Association des Riverains de Garosud)

Ce bilan explique bien des choses. On a trouvé là un moyen commode d’alimenter une pompe à fric qui paie grassement un industriel (DSP votée : 150 m€ sur 10 ans) car ce qui entre dans Amétyst est pesé et facturé 100 € la tonne !  Il faut aussi payer le stockage en décharge à Castries et l’incinération dans l’unité de valorisation thermique OCREAL de Lunel. Chers déchets, ils nous coûtent la peau du … dos, les bras, les jambes : une belle taxe d’enlèvement des ordures ménagères, la plus élevée en pourcentage et en absolu de France !

Poursuivre et généraliser les familles Tritout revenait à priver à terme les industriels du TMB d’une juteuse source de revenus sur notre dos. Amétyst doit fermer avant que ne s’écoulent les 9 années restant à courir de la DSP votée : 9 années pour mettre en place dés maintenant la transition des déchets de Montpellier-Méditerranée-Métropole en appliquant les principes de « Zéro déchet zéro gaspillage », principes mis en œuvre dans la loi 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte : plus d’aides publiques à la création d’installations de tri mécano-biologique d'ordures ménagères résiduelles n'ayant pas fait l'objet d'un tri à la source des biodéchets. Montpellier avec Amétyst est HLL  (hors la loi). Il faudra trier et généraliser le tri, mettre en place une tarification incitative.

Chères familles Tritout, manifestez-vous, on vous a pris pour des billes ! Qui est « ON » ? La collectivité qui éditait « Harmonie ». Opération sans suite ? C’est à vous de voir. Votre avis intéresse l’ODAM et les citoyens de Montpellier-Méditerranée-Métropole.


Dernière modification : 11/11/2015 @ 19:10
Catégorie : - Gestion des déchets
Page lue 137 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par Regulus le 11/11/2015 @ 19:12
Une belle icône tirée de la page 17 d'Harmonie n° 23. Une devise de voyous qui viennent faire les poches ! Dépensocrates montpellièrains, la colère gronde.

Le coin de la technique

Les techniques de traitement des déchets . Cliquez sur les rubriques pour ouvrir un menu et accéder aux articles.

Statuts et objectifs

Extrait des statuts (objectifs). Cliquez ce lien.
 

L'ODAM n'est pas tenu de publier ses comptes. Seuls les adhérents peuvent les consulter et en ont communication lors des Assemblées générales.
Adhérez à l'ODAM.

ODAM_nov_cadre_100x100.gif

Information

Citoyens et contribuables de Montpellier-Méditerranée-Métropole ou d'autres territoires du département de l'Hérault ou de notre région Languedoc-Roussillon, ce site est le vôtre. Il est destiné à vous fournir une réponse à toute question que vous pouvez vous poser sur le traitement des déchets et sur la défense de l'Environnement. Votre avis aussi nous intéresse (blaguez avec nous ). Vous pouvez commenter librement nos articles ou nous envoyer des courriers, nous vous garantissons strictement l'anonymat. Nous sommes INDEPENDANTS de tout pouvoir politique ou religieux, dans le respect des lois en vigueur.
L'ODAM ne communique ses comptes qu'à ses adhérents.
Vous pouvez demander à nous rencontrer, nous le ferons avec plaisir, nous sommes des citoyens responsables et respectueux des lois.

Pour le CA, le Président de l'ODAM
Raymond GIMILIO

Sondages
Faut-il fermer Amétyst ?
 ↑  
Calendrier
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
r3pd
Recopier le code :


  Nombre de membres 3 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
r3pd
Recopier le code :
3 Abonnés

La Convention d'Aarhus (selon Wikipedia) est :

« Le droit à l’accès à l'information est le droit qu'a toute personne ou organisme de demander à une collectivité ou service public d’obtenir une copie de documents ou informations détenues par cette collectivité ou service public. Ce droit porte sur un document existant, en l’état où il existe, et dans le format où il existe dans le service. Cela se traduit souvent par la délivrance de photocopies de tout ou partie de document, par de la consultation sur place, ou, si l’information est disponible sous format numérique, par une copie de fichier (aux formats disponibles couramment dans l’administration) sur support physique ou par envoi par message électronique. »