Texte à méditer :   Demandez, on vous donnera, donnez et vous recevrez.   Evangile
Versions de ce site

Ce site est aussi accessible sur votre Smartphone (iPhone ou autres appareils). La version est en test.

Notre doctrine

Nous sommes des citoyens libres, écologistes et indépendants de tout pouvoir religieux et/ou politique, guidés uniquement par le respect des lois de notre pays et celles de la nature. Si telles sont vos valeurs, vous pouvez demander à nous rencontrer et/ou adhérer à notre association.
L'union faisant la force, l'ODAM est membre fondateur du CIDES34, un collectif formalisé d'associations qui luttent pour la défense de l'Environnement et de la Santé et pour un traitement vertueux des déchets.

Adhésions en ligne

Vous allez pouvoir adhérer en ligne ou faire un don avec HelloAsso.

Cliquez ce lien pour adhérer ou sur le logo ci-dessous

logo_odam70x70.jpg

Faites un don supplémentaire avec HelloAsso

Cliquez sur ce lien pour donner un coup de pouce

logo_odam70x70.jpg

Observatoire

Nous observons.l'environnement et la santé. Cliquez sur les rubriques pour ouvrir un menu et accéder aux articles.

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
FwBWyZ
Recopier le code :
3 Abonnés
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://odam.ouvaton.org/data/fr-articles.xml

Il n’y a que Monsieur Meunier pour dire ou penser que son objectif et celui de Montpellier Métropole sont d’assurer un service de qualité et respectueux de l’environnement.

Nous avons connu 3 ramassages par semaine de notre poubelle grise,  le ramassage des déchets végétaux et  un passage mensuel  pour les encombrants.

Aujourd’hui, avec cette seule collecte de notre poubelle grise, elle ne répond plus du tout à un service public et elle n’est  pas d’avantage respectueuse de l’environnement.

Pourquoi ?

Notre poubelle grise n’est pas adaptée à une bonne conservation de nos déchets et après plus de 4 jours de stockage,  elle dégage des odeurs nauséabondes. Quel sera le constat en plein été au bout de 7 jours ? Le respect de l’environnement est-il assuré ?

 

GESTION DES DECHETS : LE CHANGEMENT DANS LA CONTINUITE

Cliquez sur : 2016 01 05 0GESTION DES DECHETS de Montpellier Métropole

 

Cette fausse bonne mesure aggrave un peu plus l’injustice fiscale, elle ne permet plus un véritable service public (ramassage des poubelles des recyclables «poubelles jaunes » à  J + 8, quartier de la Fontvin), ne diminue pas le coût de la très mauvaise gestion des déchets de Montpellier Métropole et n’améliore en rien l’incitation au tri par les habitants.

 Il est par ailleurs lamentable d’utiliser encore  la TEOM crée en 1926 dont le montant dû a pour assiette celle de la taxe foncière sur les propriétés bâties et non en fonction de l’utilisation réelle du service de l’usager comme la REOM ( REDEVANCE D'ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES).

 

La Redevance Incitative est une REOM « améliorée ». Son montant varie en fonction de l’utilisation réelle du service. Elle incite donc tous les producteurs de déchets à réduire les déchets à traiter par la collectivité (éco-consommation, compostage individuel, réemploi), augmenter le tri des déchets recyclables et/ou fermentescibles (déchets organiques, déchets verts) et  utiliser de façon rationnelle les services de la collectivité : ne sortir son bac que lorsqu’il est plein, emmener certains déchets en déchèterie...

La REOM permettrait également le service pour le ramassage des végétaux, non assuré actuellement.

 

L’objectif de réduire le poids de la poubelle grise de plus de 50% sur cinq ans, c’est possible et réaliste par :

L’application de la Redevance Incitative (REOMI) permettrait  une réduction significative et immédiate de nos déchets  avec  la mise en place de « Zéro gaspillage et tendre vers Zéro déchet »,  afin de  réduire à la source la production et la nocivité des déchets; recycler ou toute autre action visant à obtenir à partir des déchets des matériaux réutilisables ou de l'énergie; privilégier la proximité pour organiser et limiter le transport en distance et en volume; valoriser les déchets par réemploi; remplacer progressivement l’usine Amétyst dans les meilleurs délais.

 

Le Point sur la GESTION GLOBALE DE NOS DECHETS PAR MONTPELLIER METROPOLE :

Aujourd’hui les enjeux financiers sont scandaleux et les enjeux environnementaux sont catastrophiques.

 

Rappel sur la décharge du Thôt à Lattes : Ce dossier est accablant pour les Collectivités locales qui avaient en charge la gestion de cette décharge.

Même la loi qui prévoyait son arrêt en 2002 (Selon une loi de 1992, "toutes les décharges à ciel ouvert en France devaient être fermées à compter du premier juillet 2002") ne sera pas respectée puisqu’il aura fallu un « arrêté Préfectoral » afin d’en prolonger les dépôts à fin juin 2006.

Aucun des engagements pris pour le remplacement et la fermeture du Thôt ne seront tenus.

Le faible coût d’exploitation de cette décharge primera sur le bon sens, l’écologie et la  réponse aux besoins. Les avantages de cette mauvaise gestion aura permis une facilité de financement à investir dans d’autres postes aux bénéfices de la capitale Régionale ou autres …(dans la majorité des cas, hors commune de Lattes).

L’Agglomération nous avait-elle pas  annoncé une usine de méthanisation « AMETYST » au moindre coût  avec  « ZERO NUISANCE» et la promesse d’une réduction de l'impact environnemental? 

 

Lors de l’enquête publique, aucune de mes observations  (ni celles des associations ou citoyennes) contre la construction  de l’usine de Méthanisation avec tri Mécano-biologique  ne sera prise en compte, ni par la commune de Lattes, ni par l’Agglomération.

Malgré mon insistance à la fois orale et par courrier lors de la séance du conseil municipal du 16 Mars 2006, rien ne sera fait afin d’éviter cette réalisation. Le Maire me promettra un rendez-vous avec les responsables techniques de l’Agglomération mais j’attends encore l’invitation.

Cliquez sur :  http://lattinfos.a.l.f.unblog.fr/files/2014/12/2006-03-16-conseil-municipal-lattes-methanisation.pdf

 

 

 

USINE DE METHANISATION :  LE  CONSTAT « AMETYST » SIX ANS APRES

 

Cliquez sur : http://odam.ouvaton.org/articles.php?lng=frHYPERLINK "http://odam.ouvaton.org/articles.php?lng=fr&pg=238"&HYPERLINK "http://odam.ouvaton.org/articles.php?lng=fr&pg=238"pg=238

 

 

LE CENTRE DE STOCKAGE DE CASTRIES

C’est la décharge de Castries qui succèdera à la décharge du Thôt de Lattes.  

      

Ce qui était prévu pour la Décharge (CSDU) de CASTRIES : Année 2009 :

Un Centre de stockage de déchets Ultimes « dits non dangereux » (CSDU). Il était prévu afin de recevoir les déchets inertes en provenance de l’usine de méthanisation AMETYST qui traite les déchets de l’Agglomération de Montpellier et ceux des collectes réalisées auprès des points Déméter.

 

Les problèmes de cette Décharge :

La capacité de la décharge de Castries est estimée à 475 000 tonnes (soit 83 000 tonnes par an sur 5,5 ans). Or, un peu plus de 2 ans après sa mise en fonctionnement, 168 300 tonnes d’ordures sont déjà été enfouies. Ces surplus de déchets mettent en cause le mauvais fonctionnement de l’usine de méthanisation AMETYST.

Afin de répondre aux besoins, une autorisation Préfectorale pour  une augmentation de la capacité de stockage de 15 000 tonnes pour 2009 et de la porter ainsi à 95 000 tonnes a été consenti.

Contrairement à ce qui était attendu, le casier n° 1 fermente et pue avec des fuites de lixiviats qui s’écoulent dans le sous-sol. Les craintes de risques sanitaires et le manque de clarté sur la fermentation des lixiviats demeurent.

Contre toute attente des riverains, Montpellier-Agglomération demande l'autorisation d'ouvrir un nouveau casier. L'enquête d'utilité publique qui  s’est  terminée le 17 Février 2012 a provoqué une levée de bouclier dans les villages impactés (Castries, Jacou, Montaud, Beaulieu, Saint-Drézéry, Teyran, Guzargues…etc.). De nombreux registres de recueil d’avis de  citoyens et Associations environnementales sont hostiles à cette extension. Un collectif de défense de l’environnement avec les associations et les habitants des communes limitrophes de la décharge militent pour une vraie réflexion sur la gestion et le traitement des déchets afin qu’elle se fasse en accord avec les populations ( ce que n’a jamais accepté l’Agglomération de Montpellier pour la gestion de la Décharge du Thôt ou pour la construction de l’usine de Méthanisation « AMETYST ». Et voilà le résultat d’une démocratie participative inexistante qui ne prend pas en compte les avis des citoyens et/ou Associations indépendantes.

Comme pour le Thôt, si l’on connait la date de début d'une décharge on ne peut que très difficilement en connaître la date de fin d’exploitation :

L’enquête publique suivante autorise la création d’un nouveau casier (le n°2) qui doit permettre d’enfouir 415 000 tonnes pendant les 5 prochaines années représentant 460 000 m³ de déchets sur une hauteur de 30 mètres de haut.

Le rapport d’observations définitives n° 116/676 du le 26 juillet 2011 de  La chambre relève tout d’abord le caractère préoccupant du déficit d’exutoires au niveau de l’agglomération de Montpellier. En effet, en raison de la fermeture de la décharge du Thôt en juin 2006,  l’incertitude pèse sur le risque de saturation prématurée du centre de stockage de Castries lié au surplus de déchets en provenance de l’usine de méthanisation AMETYST compte tenu des dysfonctionnements constatés depuis son inauguration.

 

Ce sont plus de 200 000 tonnes de déchets qui seront  exportés hors du département de l’Hérault ». Voici les tonnages exportés qui nous sont connus :

200.000 tonnes ont été exportés en 2008

1 300 tonnes en 2009

16 000 tonnes en 2010

58 000 tonnes en 2011

 

Des Collectivités Locales trop dépensières dans une Région de pauvres avec des impôts de riches :

Ce n’est pas une fatalité si la gestion de notre Région Languedoc-Roussillion  a permis son déclin depuis la fin des années 1980 pour devenir la Région la plus pauvre de France derrière la Corse.

La radioscopie de la pauvreté qu’offre l’INSEE (Institut national de la statistique), révèle en détail les zones de France (hors DOM-TOM) les plus touchées par la pauvreté en 2012. Les  personnes vivant sous le seuil de pauvreté affichent un taux de pauvreté supérieur de cinq points à celui de la France (19,8 % pour le Languedoc-Roussillon et 20,4 % pour la Corse).

 

Le projet de loi portant sur  "nouvelle organisation territoriale de la République" (NOTRe) permet le transferts vers les régions de compétences jusqu'ici dévolues aux départements.

Pourtant :

Monsieur Kléber Mesquida. Le président socialiste du conseil départemental de l'Hérault ne remettra pas au vote la hausse des indemnités des élus héraultais. Adoptée à l'unanimité, cette augmentation de 8% est pour lui le prix de la démocratie, c'est un effet mécanique induit par la loi.

 

Un Plan Départemental des Déchets laxiste :

Pour voir mes commentaires, cliquez sur :     PLAN DEPARTEMENTAL DES DECHETS

 

Des années plus fructueuses pour les élus des Collectivités Locales que pour les citoyens contribuables.

Efficacité/coût de la gestion des déchets : 

-         augmentation de 166% de la taxe des ordures ménagères en 2004

-         la Taxe d'enlèvement des ordures ménagères s'élevait à 141 euros par habitant, contre 59 euros en moyenne en France.

Pour l’Agglomération, l’argument financier de l’augmentation des Communautaires de 366% au premier Janvier 2009 est une donnée non négligeable afin d’influencer les opposants actuels à une Agglomération toujours plus élargie que projetait  Georges FRECHE et permettant des oppositions de plus en plus affaiblies.  Le groupe majoritaire du conseil municipal de Montpellier détenait 50% des sièges du conseil d'agglomération, ce qui était un cas unique en France. A lui seul il détenait tous les pouvoirs.

Lorsqu’une seule ville de l’Agglomération, Montpellier possédait  déjà 50% des voix, était-ce vraiment de la Démocratie ?

A part les communautaires, il n’y avait aucun gagnant mais deux perdants : La démocratie et  le contribuable.

 

La nouvelle Métropole de Montpellier ne s’oublie pas non plus :

A peine constituée, le nombre des Vice-présidences augmente de 5 élus, ce qui entraine une augmentation du budget des Vice-présidences de 14,7%. Cette évolution des indemnités des élus de la Métropole pourrait encore s’accroitre car  le projet de loi du 27 Janvier 2014 le permet.« loi sur les métropoles ».

 

Selon "Le Parisien", Nîmes et Montpellier seraient les plus chères. 2 335 € par an pour une famille à Montpellier, 2 327 € à Nîmes, 2 054 € à Perpignan, 1 774 € à Marseille et 947 € à Paris. Telles sont les additions - salées - que les villes présentent en 2009 aux ménages pour leurs impôts locaux (taxe foncière et taxe d’habitation confondues). C’est ce que révèle une enquête du Forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales, publiée par Le Parisien/Aujourd’hui en France.

 

Le rapport d’enquête parlementaire sur l’évolution de la fiscalité locale dit :

« L'empilement des échelons s'aggrave. L'intercommunalité aura plus coûté qu'elle n'aura permis d'économiser. Les compétences sont éclatées. La qualité des services est mal évaluée. On n'en parle jamais. Les financements sont dispersés et l'on décide d'autant volontiers que d'autres paieront. L'autre, c'est le contribuable. Et le contribuable, ménage ou entreprise paie une France sur-administrée et sous-organisée. »

Alors que des enjeux nouveaux apparaissent : pour notre Région, c’est hélas, toujours plus de dépenses, lesquelles sont compensées par toujours plus d’impôts.

 

 

CONCLUSION :

 

Le Président de Montpellier Métropole parait très mal conseillé et l’orientation actuelle de la gestion des déchets par une très large majorité d’élus n’est pas à la hauteur des enjeux.

 

En France, depuis la loi du 15 juillet 1975, la collecte et le traitement des déchets ménagers sont un service public. Selon le Code général des collectivités territoriales, les communes doivent assurer l'élimination des déchets des ménages. Elles doivent donc les collecter et les traiter dans le respect des réglementations environnementales et sanitaires. 

 

Le Maire fixe les modalités de la collecte des déchets par le biais du règlement de collecte. Les communes et leurs groupements ont la responsabilité d’assurer la gestion des déchets ménagers et assimilés. Il s’agit d’une compétence obligatoire.

La responsabilité de la gestion des Déchets incombe à la fois à Montpellier Métropole mais également tous les Maires des communes la composant. L’extrême faiblesse des oppositions et l’absence d’une réelle connaissance de la gestion des déchets sont le résultat de cette mauvaise gestion.

 

La hiérarchie des déchets instaurée par la directive européenne impose de privilégier, pour les déchets produits, la préparation en vue du réemploi et le recyclage.

 

Les lois du 3 août 2009 et du 12 juillet 2010 proposent d’intégrer à la TEOM et à la REOM une part variable. Cette dernière, proportionnelle à l’utilisation du service, est calculée sur la base du volume, du nombre de ramassages ou encore du poids des déchets pour chaque usager. Ces dispositions sont de nature à permettre aux collectivités locales d'alléger leur charge administrative et d'inciter les usagers à réduire leur production de déchets, ce qui permet de réduire progressivement le coût de la gestion des déchets.

 

Les coûts affichés par Montpellier Métropole sont supérieurs à la moyenne nationale à qualité de service équivalent, ce qui induit une surfacturation du service aux habitants concernés.

 

Alors que l’Etat affirme son soutien à la démarche zéro déchet, zéro gaspillage afin de mettre en œuvre une société économiquement et écologiquement viable et socialement innovante, que fait-on sur notre territoire ?

 

 

                                                         Jacky CHANTON Secrétaire de l’Observatoire

                              Indépendant des Déchets et Environnement de Montpellier Métropole

 

 


Dernière modification : 19/02/2017 @ 10:57
Catégorie : - Gestion des déchets
Page lue 531 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Le coin de la technique

Les techniques de traitement des déchets . Cliquez sur les rubriques pour ouvrir un menu et accéder aux articles.

Statuts et objectifs

Extrait des statuts (objectifs). Cliquez ce lien.
 

L'ODAM n'est pas tenu de publier ses comptes. Seuls les adhérents peuvent les consulter et en ont communication lors des Assemblées générales.
Adhérez à l'ODAM.

ODAM_nov_cadre_100x100.gif

Information

Citoyens et contribuables de Montpellier-Méditerranée-Métropole ou d'autres territoires du département de l'Hérault ou de notre région Languedoc-Roussillon, ce site est le vôtre. Il est destiné à vous fournir une réponse à toute question que vous pouvez vous poser sur le traitement des déchets et sur la défense de l'Environnement. Votre avis aussi nous intéresse (blaguez avec nous ). Vous pouvez commenter librement nos articles ou nous envoyer des courriers, nous vous garantissons strictement l'anonymat. Nous sommes INDEPENDANTS de tout pouvoir politique ou religieux, dans le respect des lois en vigueur.
L'ODAM ne communique ses comptes qu'à ses adhérents.
Vous pouvez demander à nous rencontrer, nous le ferons avec plaisir, nous sommes des citoyens responsables et respectueux des lois.

Pour le CA, le Président de l'ODAM
Raymond GIMILIO

Sondages
Faut-il fermer Amétyst ?
 ↑  
Calendrier
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
FwBWyZ
Recopier le code :


  Nombre de membres 3 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
FwBWyZ
Recopier le code :
3 Abonnés

La Convention d'Aarhus (selon Wikipedia) est :

« Le droit à l’accès à l'information est le droit qu'a toute personne ou organisme de demander à une collectivité ou service public d’obtenir une copie de documents ou informations détenues par cette collectivité ou service public. Ce droit porte sur un document existant, en l’état où il existe, et dans le format où il existe dans le service. Cela se traduit souvent par la délivrance de photocopies de tout ou partie de document, par de la consultation sur place, ou, si l’information est disponible sous format numérique, par une copie de fichier (aux formats disponibles couramment dans l’administration) sur support physique ou par envoi par message électronique. »