Texte à méditer :   C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l'écoute pas.   Victor Hugo
Versions de ce site

Ce site est aussi accessible sur votre Smartphone (iPhone ou autres appareils). La version est en test.

Notre doctrine

Nous sommes des citoyens libres, écologistes et indépendants de tout pouvoir religieux et/ou politique, guidés uniquement par le respect des lois de notre pays et celles de la nature. Si telles sont vos valeurs, vous pouvez demander à nous rencontrer et/ou adhérer à notre association.
L'union faisant la force, l'ODAM est membre fondateur du CIDES34, un collectif formalisé d'associations qui luttent pour la défense de l'Environnement et de la Santé et pour un traitement vertueux des déchets.

Observatoire

Nous observons.l'environnement et la santé. Cliquez sur les rubriques pour ouvrir un menu et accéder aux articles.

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
DG5wZz
Recopier le code :
3 Abonnés
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://odam.ouvaton.org/data/fr-articles.xml

Le jeudi 15 septembre 2016, le quotidien Midi-Libre a rendu compte d’une conférence de presse avec un titre censé interpeller les citoyens « Déchets : avis aux citoyens ». La « Métropole (3M) » a adopté un slogan « Le changement c’est maintenant » et « Ensemble, soyons responsables ». L’ODAM réagit avec quelques jours de retard, après les réactions citoyennes (Lattes, Castries, Riverains de Garosud). Une page entière consacrée au déchets et à la propreté dans Midi-Libre, c’est inhabituel, deux articles avec les réactions des riverains, encore moins

Le titre de l’article « Déchets : avis aux citoyens » est comminatoire, 3M sous la plume de Diane Petitmangin nous met en demeure, il ne manque que le roulement de tambour à l’appui ! « Avisse à la population » aurait crié le garde champêtre ! Reprenons l’article.

1°) Des collectes apaisées ? La collecte des biodéchets n’est pas adaptée aux conteneurs à biodéchets distribués selon les types d’habitats. Nous l’avons souvent dénoncé ici, Montpellier-Méditerranée-Métropole persiste et signe dans son erreur. Le seul conteneur adapté à la collecte des biodéchets est le compostainer. Le citoyen a rien à voir là dedans. Il y a plus de cinq ans, lors d’une rencontre avec les fonctionnaires responsables de la Direction de la Prévention des déchets, nous avions parlé de ce conteneur d’origine allemande-nordique-japonaise qui est parfaitement adapté à ce type de collecte, évite odeurs et mouches. Balayé d’un revers de main directorial « ça ne marche pas ! » mais sans préciser pourquoi ! L’autocrate en charge de l’Agglo en 2009 était bien conseillé par des sous-autocrates bien obéissants et dressés sur leurs certitudes : circulez, y’a rien à voir ! Les citoyens n’ont pas été entendus, ils n’y sont pour rien, on ne mets pas le bon matériel à leur disposition

2°) Un sacré tube ? Le journaliste aborde la super nouveauté mise en place par Montpellier-Méditerranée-Métropole : « le Tube » exclusivement réservé aux bioidéchets et dont quelques exemplaires ont été mis en place à grand renfort de deniers publics. Le journaliste souligne  que Montpellier-Méditerranée-Métropole dit qu’il s’agit « d’un de nos grand défis puisque ces populations ne sont pas habituées à trier les biodéchets » ! Les habitants de Boirargues, Vendargues et du quartier Paul-Valéry apprécieront les paroles de Monsieur Meunier : ils sont des demeurés qui ne savent pas trier ! Ce tube n’empêche pas les biodéchets de fermenter, il garde les odeurs sous un couvercle hermétique et doit être construit en acier solide pour éviter les explosions du méthane qui s’y forme ! Au contraire du compostainer où les biodéchets se déshydratent et ne fermentent pas. Le journaliste souligne et c’est à son honneur que « le tube est gourmand en logistique et investissement : il est évacué par camion et a besoin d’un petit frère quant il est enlevé pour le remplacer in situ. » Le prix d’un tube est gardé confidentiellement, il serait intéressant de le comparer à celui d’un compostainer !

Un second article sous la plume de Sébastien Hoebrechts recueille des avis citoyens, à charge pour la plupart. Montpellier-Méditerranée-Métropole est sale (Celleneuve, Plan-des-4-Seigneurs). Les habitants sont excédés, il suffit de parcourir le territoire de la Métropole. « C’est paroles, paroles, paroles ». « ‘Ne parlez pas de propreté aux riverains. Ils sont excédés. »

Le tri ne se décrète pas à coup d’injonctions ! Il faut prendre la Métropole ville par ville, quartier par quartier, immeubles par immeubles pour inculquer les pratiques. Cela demande du temps et des ambassadeurs du tri formés, motivés, encadrés, évalués qui vont travailler avec les syndics d’immeubles et les bailleurs sociaux, avec les comités de quartiers. Il faut parler du programme « Zéro déchets, zéro gaspillage » que soutient l’ODAM envers et contre les sous-autocrates de la direction de la prévention des déchets. L’association nationale « Zero waste France », le Ministère de l’Environnement, l’ODAM et, bientôt, le Collectif Interassociatif des déchets de l’Hérault rénové et formalisé, tous nous poussons dans le même sens : la responsabilisation du citoyen, pas seulement dans les habitats individuels mais dans les grands ensembles producteurs de la majeure partie des « ordures ménagères résiduelles » ou OMR qui encombrent la poubelle grise. Ces OMR sont à bannir ainsi que l’illusion du tri-mécanobiologique de l’usine Amétyst qui alimente la décharge de Castries et l’incinérateur de Lunel-Viel.

Et vous, lecteurs de ce site ? Qu’en pensez-vous ? Vous pouvez anonymement donner votre avis en commentant cet article. Nous qui circulons quotidiennement pour observer notre ville, nous pensons que la ville est sale, les trottoirs et certaines rues défoncées ! Montpellier-Méditerranée-Métropole ne résume pas à la ville et la ville aux beaux quartiers de l’Aiguelongue.

Le Président de l’ODAM

Raymond GIMILIO


Dernière modification : 20/09/2017 @ 11:02
Catégorie : Observatoire - Collecte des déchets
Page lue 363 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Le coin de la technique

Les techniques de traitement des déchets . Cliquez sur les rubriques pour ouvrir un menu et accéder aux articles.

Statuts et objectifs

Extrait des statuts (objectifs). Cliquez ce lien.
 

L'ODAM n'est pas tenu de publier ses comptes. Seuls les adhérents peuvent les consulter et en ont communication lors des Assemblées générales.
Adhérez à l'ODAM.

ODAM_nov_cadre_100x100.gif

Information

Citoyens et contribuables de Montpellier-Méditerranée-Métropole ou d'autres territoires du département de l'Hérault ou de notre région Languedoc-Roussillon, ce site est le vôtre. Il est destiné à vous fournir une réponse à toute question que vous pouvez vous poser sur le traitement des déchets et sur la défense de l'Environnement. Votre avis aussi nous intéresse (blaguez avec nous ). Vous pouvez commenter librement nos articles ou nous envoyer des courriers, nous vous garantissons strictement l'anonymat. Nous sommes INDEPENDANTS de tout pouvoir politique ou religieux, dans le respect des lois en vigueur.
L'ODAM ne communique ses comptes qu'à ses adhérents.
Vous pouvez demander à nous rencontrer, nous le ferons avec plaisir, nous sommes des citoyens responsables et respectueux des lois.

Pour le CA, le Président de l'ODAM
Raymond GIMILIO

Sondages
Faut-il fermer Amétyst ?
 ↑  
Calendrier
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
DG5wZz
Recopier le code :


  Nombre de membres 3 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
DG5wZz
Recopier le code :
3 Abonnés

La Convention d'Aarhus (selon Wikipedia) est :

« Le droit à l’accès à l'information est le droit qu'a toute personne ou organisme de demander à une collectivité ou service public d’obtenir une copie de documents ou informations détenues par cette collectivité ou service public. Ce droit porte sur un document existant, en l’état où il existe, et dans le format où il existe dans le service. Cela se traduit souvent par la délivrance de photocopies de tout ou partie de document, par de la consultation sur place, ou, si l’information est disponible sous format numérique, par une copie de fichier (aux formats disponibles couramment dans l’administration) sur support physique ou par envoi par message électronique. »