Texte à méditer :   La maison brûle et nous regardons ailleurs ...   Jacques Chirac
Versions de ce site

Ce site est aussi accessible sur votre Smartphone (iPhone ou autres appareils). La version est en test.

Notre doctrine

Nous sommes des citoyens libres, écologistes et indépendants de tout pouvoir religieux et/ou politique, guidés uniquement par le respect des lois de notre pays et celles de la nature. Si telles sont vos valeurs, vous pouvez demander à nous rencontrer et/ou adhérer à notre association.
L'union faisant la force, l'ODAM est membre fondateur du CIDES34, un collectif formalisé d'associations qui luttent pour la défense de l'Environnement et de la Santé et pour un traitement vertueux des déchets.

Observatoire

Nous observons.l'environnement et la santé. Cliquez sur les rubriques pour ouvrir un menu et accéder aux articles.

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
rEAM
Recopier le code :
3 Abonnés
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://odam.ouvaton.org/data/fr-articles.xml

Mottainai  est un terme japonais correspondant au malaise dû à un gaspillage matériel. Cette expression peut être utilisée par elle-même, pour souligner un tel gaspillage, ou pour désigner un propos ou un acte malvenu.

Au cours d’une session des Nations-Unies, l’environnementaliste kényanne Wangari Maathai introduisit le terme mottainai comme slogan pour la protection de l’ environnement. Elle arbora un T-shirt marqué avec le mot  "mottainai"et explica la signification du terme pour illustrer les quatre R de réduire, réutiliser, recycler et réparer. Elle avança que «  nous devons tous utiliser les ressources limitées effectivement et les partager gentiment si nous voulons éviter de voir des guerres éclater à cause de ressources naturelles [non renouvelables]. »  [ Maathai a travaillé pour populariser le concept de mottainai en dehors du Japon].

Les Japonais ont une longue tradition de l’économie des ressources finies (non-renouvelables) qui se perd dans leur histoire nationale. L’économie de matière était élevée au rang d’art. Il était impératif d’utiliser le moins de matière possible lors de la fabrication d’un objet. Cette forme de minimalisme est qualifiée aujourd’hui en occident de « zen ». Avant de se débarasser d’un objet cassé ou usé, simple feuille de papier ou ustensile de cuisine, on y regardait à deux fois. L’acte de jeter devenait une véritable cérémonie de funérailles de la matière. Venant du shintoïsme et du bouddhisme, cette notion est fortement ancrée dans la culture japonaise actuelle, même si on considère qu’elle s’est un peu effritée. L’influence de l’insularité a forgé cette culture en limitant l’accès aux ressources.

Selon un blog « Comment trier ses déchets au Japon », il est écrit « Simple, mais ça couvre déjà 90% des déchets qui sont produits par une famille. La façon dont les poubelles sont organisées est la même dans l’ensemble du pays car il y a des consignes de tri sur les emballages et ces consignes sont les mêmes du nord au sud. ». Un exemple à méditer ici, chez nous, en France comme dans Montpellier-Méditerranée-Métropole ! L’écoconception et l’organisation du tri sont devenus un art moderne.

 


Dernière modification : 21/12/2015 @ 07:11
Catégorie : - Gestion des déchets
Page lue 540 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Le coin de la technique

Les techniques de traitement des déchets . Cliquez sur les rubriques pour ouvrir un menu et accéder aux articles.

Statuts et objectifs

Extrait des statuts (objectifs). Cliquez ce lien.
 

L'ODAM n'est pas tenu de publier ses comptes. Seuls les adhérents peuvent les consulter et en ont communication lors des Assemblées générales.
Adhérez à l'ODAM.

ODAM_nov_cadre_100x100.gif

Information

Citoyens et contribuables de Montpellier-Méditerranée-Métropole ou d'autres territoires du département de l'Hérault ou de notre région Languedoc-Roussillon, ce site est le vôtre. Il est destiné à vous fournir une réponse à toute question que vous pouvez vous poser sur le traitement des déchets et sur la défense de l'Environnement. Votre avis aussi nous intéresse (blaguez avec nous ). Vous pouvez commenter librement nos articles ou nous envoyer des courriers, nous vous garantissons strictement l'anonymat. Nous sommes INDEPENDANTS de tout pouvoir politique ou religieux, dans le respect des lois en vigueur.
L'ODAM ne communique ses comptes qu'à ses adhérents.
Vous pouvez demander à nous rencontrer, nous le ferons avec plaisir, nous sommes des citoyens responsables et respectueux des lois.

Pour le CA, le Président de l'ODAM
Raymond GIMILIO

Sondages
Faut-il fermer Amétyst ?
 ↑  
Calendrier
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
rEAM
Recopier le code :


  Nombre de membres 3 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
rEAM
Recopier le code :
3 Abonnés

La Convention d'Aarhus (selon Wikipedia) est :

« Le droit à l’accès à l'information est le droit qu'a toute personne ou organisme de demander à une collectivité ou service public d’obtenir une copie de documents ou informations détenues par cette collectivité ou service public. Ce droit porte sur un document existant, en l’état où il existe, et dans le format où il existe dans le service. Cela se traduit souvent par la délivrance de photocopies de tout ou partie de document, par de la consultation sur place, ou, si l’information est disponible sous format numérique, par une copie de fichier (aux formats disponibles couramment dans l’administration) sur support physique ou par envoi par message électronique. »